South Australia, nous revoilà !

adélaide, Australie le 22/03/2013

 
Après Kingston nous avons longé la jolie côte du Coorong National Park avec ses lacs salés et ses dunes de sable. Nous avons roulé quasi toute la journée pour s'arrêter pour la nuit à Goolwa.
Après un réveil au chant des oiseaux... je devrais plutôt dire aux cris de nombreux cacatoès blanc, très jolis mais insupportable au réveil, on a vraiment l'impression d'être dans une volière géante, nous prenons la direction de Victor Harbor. 
Premier arrêt : ptit déj´ à Port Elliot, avec une petite baignade matinale en prime tellement c'est jolie :-) Et ensuite, c'est partit, on a du pain sur la planche aujourd'hui ! 
Dans cette petite ville balnéaire de Victor Harbor nous avons pour objectif de faire réparer le radiateur du van qui, pour rappel, n'a même pas 3 mois. Normalement un radiateur tiens 6 à 7 ans ! Bien évidemment la garantie ne fonctionne que sur Melbourne, et nous sommes maintenant à plusieurs centaines de kilomètres ! Donc nous n'avons pas le choix, il  faut encore payer ! La réparation consiste a colmater la fuite avec de la résine. 3 h plus tard, opération radiateur réussi, 150 $ de dépensé !
Le village de Victor Harbor est relié à une petite île, Granite Island, par une longue passerelle datant de 1890 environ. On peut y aller à pied ou à bord d'un vieux tramway tiré par un cheval... Nous avons fait le tour de l'île et vu des phoques... Mais la météo est mitigé et on n'a pas très chaud...
 
 
 
On fera la connaissance de 2 couples d'allemands très sympa, dont un qui nous donnera tout le reste de leur bouffe car ils finissait leur voyage :-)
Nous prenons également des renseignements à l'office de tourisme pour du boulot dans la région, et sur Kangaroo Island, une île réputée pour sa nature, mais seulement accessible en ferry pour un prix exorbitant. Nous ferons donc l'impasse.
Le lendemain, sur les conseils de l'office de tourisme, nous prenons la route pour les vignobles de Mc LarenVale, qui se situe au sud d'Adélaïde. Nous longeons la côte de la péninsule de Fleuriau.  Arrivée sur place, on apprend que la saison est en avance sur les autres années et que c'est quasiment fini. On s'adresse au bureau spécialisé du gouvernement australien, mais comme d'habitude ils n'ont rien... Aline fini par accoster des jeunes sur un parking de supermarché... Ils nous filerons le rendez-vous "bon plan" pour bosser... Principe assez bizarre, il faut se pointer à 6 h du mat' sur un grand parking d'un terrain de foot et s'inscrire sur une liste d'un contracteur. Il y a plusieurs contracteurs, chacun constitue une équipe et fait un convoi de voiture jusqu'à la vigne. Le système est assez spécial et surtout énervant, car il faut se lever pour 6 h du mat' sans aucune garantie de travailler.... Il y a jusqu'à une cinquantaine de  vans ! Pas étonnant qu'on ne trouve rien en direct chez le vigneron ou au bureau du gouvernement ! Pour la petite histoire, le contracteur a un contrat avec le propriétaire du vignoble directement pour x $ la remorque de raisin ramassée, et il emploi des backpackers comme nous, payé au rendement (=au seau) ou a l'heure si t'es un bon cueilleur et que ça vaut plus le coup.
Bref, le contracteur s'enrichi sur le dos des backpackers, d'autant plus qu'il ne nous déclare pas et empoche les taxes !
Nous aurons quand même le temps de rencontrer des gens très sympa durant ce court temps de vendange, dont un couple de français, Delphine et François (normal elle fait le même boulot que moi :-) ) et un couple d'allemand, Anna et Ralf. La plage s'avère très sympa pour la douche aussi :-)
La fin de saison approche, les journées ne sont que de quelques heures, mais le rendez-vous est toujours a 6 h du mat', donc pas très intéressant... Nous ne ferons que quelques jours et participerons quand même au barbecue de fin de saison organisé par la ville en remerciement de nous avoir "exploité". Nous pourrons au moins goûter leur vin, qui pour nous a du coup un goût amer ou un goût de se faire exploiter par un système complètement illégal, mais pour lequel tout le monde ferme les yeux...
Nous passerons plus de temps et d'effort pour obtenir notre argent que de temps travaillé, et nous serons obligé d'aller chercher notre argent au bar habituel de la comptable (oui, dans l'équipe ils sont tous alcoolique ! bière à 10h du mat') après 40 coups de fil sans réponse et s'être fait posé plusieurs lapins.
Nous profitons de ce temps mort pour visiter Adélaïde, en attendant de récupérer notre argent dans leur système à la con.  Nous allons surtout visiter les agences d'intérim, au moins 40 agences, sans exagérer, pour y déposer notre CV. 
Le centre ville d'Adélaïde est en travaux donc ça n'a pas vraiment de charme. Nous visiterons la librairie où je profiterai de la connexion internet pour faire et envoyer une carte d'anniversaire à Robin. 
Le musée vaut également le détour avec une présentation guidée et gratuite de la faune australienne.
Nous ne nous attarderons pas içi plus longtemps. Nous commençons a prendre contact avec Nini qui a trouvé du boulot comme plombier à Alice Springs au centre de l'Australie. Nous étudions toutes les possibilités pour aller lui rendre visite, voir Uluru et le Centre Rouge en même temps. Relocation de van ? Prendre le APE ? L'avion ? Le train ?
Nous n'avons eu aucun retour de toutes les agences d'intérim que nous avons visité !
La réflexion suit donc son court et nous partons sur Port Augusta, une ville en bord de mer au croisement de deux routes traversant un désert. Il y a la Stuart Highway  en direction du nord, d'Alice springs et de Darwin, et il y a la Nularbor  en direction de l'ouest et de Perth.
Cap au nord avec notre APE, c'est la meilleure option ! Dans 1500 km nous serons à Alice Springs ! Un arrêt est prévu à Coober Pedy, Uluru et Kings Canyon. Mais avant ça, il faut faire le plein de tout pour affronter le désert. 2 bidons d'eau de 10 l, un bidon d'essence de 10 l, et de la bouffe pour une semaine.... A nous le désert... Aller le APE, on compte sur toi....
 

Commentaires

 Delphine
Aaaaaah, que de bons souvenirs ce grape_picking... Cette chère Betty et ce cher Glenn... Quelle bande d'escrocs! Je confirme, excellente description de la situation. Heureusement qu'il y avait une bonne ambiance au sein des backpacks. Gros point positif, ça nous aura permis de nous rencontrer :-) Bisous les copains!



Autres récits de voyage

Autres Recits en Australie